Décès d’André Bougreau (1920-2012)

lundi 18 juin 2012
popularité : 44%

André Bougreau, ancien secrétaire général du SNAEN, est décédé le 16 mai 2012. Un avis de décès est paru dans La Nouvelle République du Centre Ouest le 19 mai 2012. André Bougreau avait succédé, comme secrétaire général du Syndicat des agents de l’Éducation nationale de la FEN (SNAAEN , devenu SNAEN) à Jean-Baptiste Soleihavoup en 1955. Il fut remplacé en 1980 par Jean Louis Andreau.

André Bougreau faisait partie du comité de parrainage de l’HIMASE

La notice biographique d’André Bougreau a été publiée dans le Maitron tome 2, pages 288 -289. Elle se trouve aussi sur le Maitron en ligne ( http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/ ).

Né le 13 mars 1920 à Sainte-Maure de Touraine (Indre-et-Loire), mort le 16 mai 2012 ; agent de l’Éducation nationale ; secrétaire général du Syndicat national autonome des Agents de l’éducation nationale-FEN, devenu Syndicat national des agents de l’éducation nationale de 1955 à 1980 ; militant mutualiste.

Fils d’un grand mutilé de la guerre de 1914-1918, André Bougreau était l’aîné d’une famille de trois enfants (un frère et une sœur). Son frère fut tué par méprise à un poste de contrôle à Lille en revenant du Service du travail obligatoire.

Après sa scolarité primaire, Bougreau fut employé à des travaux domestiques dans la région de Sainte-Maure. En 1937, il se rendit dans la région parisienne pour y apprendre le métier d’horticulteur, employé comme jardinier chez Jobert et Mautin à Châtenay-Malabry (Seine).

Mobilisé en juin 1940 au 501e régiment de chars de combats à Tours, Bougreau fut fait prisonnier en juillet 1940 avec ses compagnons de bataillon. Embarqués pour rejoindre un camp en Allemagne, ils se retrouvèrent le lendemain à Bergerac, en zone libre grâce aux cheminots français, et firent prisonniers leurs geôliers. Envoyé en août 1941 à Crotenay (Jura) dans les chantiers de jeunesse, il fut libéré en janvier 1942. De retour à Châtenay-Malabry chez son employeur, il fut ensuite employé par la ville de Sceaux pour l’entretien des jardins, dont ceux du lycée Lakanal.

Bougreau se maria à Sceaux le 3 mai 1941 avec Raymonde Croisette. Ils eurent quatre enfants (deux garçons et deux filles).

En octobre 1944, déjà père de deux enfants, Bougreau fut rappelé au 13e régiment de Dragons à Orléans et envoyé en Allemagne. Affecté au service de restauration, il y apprit la cuisine. À son retour, en novembre 1945, il reprit ses fonctions de jardinier à Sceaux et fut recruté en qualité d’agent de l’Éducation nationale au lycée Lakanal où il devint chef jardinier en 1947.

En 1948, Bougreau adhéra et milita au SNAAEN au lycée Lakanal. Remarqué pour ses qualités d’orateur et son opposition à la CGT, il entra au bureau national où il exerça les fonctions de secrétaire adjoint de 1951 à 1955. Il siégea à la commission administrative de la FEN de 1950 à 1967. Dans ces années, au titre de son syndicat, il siègeait dans les diverses commissions paritaires, notamment les comités techniques paritaires.

Au départ à la retraite de Jean-Baptiste Soleihavoup* en 1955, Bougreau fut élu secrétaire général du SNAAEN. Il développa le syndicat face à son concurrent CGT. Les effectifs passèrent de 3 800 en 1955 à plus de 30 000 à la fin de son mandat en 1980. Il dirigeait La tribune des agents de l’Éducation nationale. Dans la FEN, Bougreau affirma, face aux enseignants, la place des personnels ouvriers et fit prendre en compte avec succès les revendications spécifiques des personnels qu’il représentait. Il obtint des améliorations de leur situation financière et statutaire. Il siégea au bureau national. En mai 1968, il participa à la délégation de la FEN, conduite par James Marangé, qui négocia les accords de Grenelle, puis les accords Oudinot pour la Fonction publique. Ce dernier accord fut le point de départ d’une négociation qui aboutit à une réforme des catégories C et D de la Fonction publique, qui s’appliqua entre 1970 et 1974 (Plan Maselin). Cette réforme toucha principalement les personnels représentés par le SNAAEN.

En 1970, Bougreau fit adopter le nouveau sigle du syndicat qui devint le SNAEN. En effet, après mai 1968, le terme « autonome » avait acquis une connotation particulière, et plusieurs organisations s’en défirent. Il fut toujours très pointilleux sur la dignité des agents de l’éducation nationale. Comme certains agents avaient des difficultés pour être admis dans les campings gérés par le Groupement des campeurs universitaires, en décembre 1972, il fit acheter par le SNAEN un domaine à Trogues (Indre-et-Loire), inauguré en juin 1973 qu’il appela la Maison de l’Amitié, domaine destiné à accueillir les syndiqués du SNAEN pendant leurs vacances. Ils pouvaient y camper ou même résider au château. En dehors des vacances scolaires, la Maison de l’Amitié accueillit les stages de formation syndicale organisés par la FEN.

En 1980, Bougreau quitta le secrétariat général du SNAEN et fut remplacé par Jean-Louis Andreau. Il se retira à Sainte-Maure-de-Touraine, dans la vallée de Cortineau.

Parallèlement à ses responsabilités syndicales, Bougreau assura des responsabilités mutualistes. Membre de la commission administrative de la section de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale de Paris, puis des Hauts-de-Seine, il fut élu administrateur national de la MGEN (1963-1985). À ce titre, il participa aux commissions statuts, personnel, et adhésions. Il fut également élu au conseil d’administration et au bureau de la Mutuelle retraite des instituteurs et fonctionnaires de l’éducation nationale jusqu’en 1985.

SOURCES : Arch. PPo RG 627 295 (notes communiquées par Jacques Girault). — Documentation MGEN (notes communiquées par René Crozet). — Renseignements fournis par l’intéressé à Robert André, ancien secrétaire général du SNAEN.

Guy Putfin


Commentaires

Logo de Vilard
mardi 25 décembre 2012 à 10h17, par  Vilard

J’ai bien connu André BOUGREAU, ce fut pour moi un des plus grands orateurs que j’ai connu et de plus animé d’un esprit syndicaliste hors pair...

Merci André pour l’ensemble de ton oeuvre !!!!

Georges VILARD ancien agent-chef du Lycée clément Marot de Cahors 46000

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

23 janvier 2016 - Décès de Jean Têtard

Jean Têtard, ancien secrétaire général du Syndicat national de inspecteurs départementaux de (...)

20 juin 2012 - Revue Dissidences, numéro 10

Le revue Dissidences consacre un numéro à l’historien Pierre Broué, sous le titre : Pierre Broué, (...)

26 janvier 2012 - Décès de Robert Micheau (1931-2012)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Robert Micheau, le 22 janvier (...)

19 décembre 2011 - Décès de Michel Fanara

L’épouse de Michel FANARA , Anna, ancienne secrétaire du SNETAA a eu le douloureux devoir de faire (...)

1er juin 2011 - "Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique".

"Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique". (...)