Décès de René Labes (1925-2012)

samedi 22 décembre 2012
popularité : 100%

René Labes vient de décéder.

Voici le texte de sa notice biographique rédigée par Jacques Girault pour le Maitron :

LABES René, Victor, Arnaud.

Né le 19 janvier 1925 à Plaisance-du-Gers (Gers), décédé le 9 décembre 2012 à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) ; marié ; instituteur ; militant syndicaliste dans les Pyrénées-Atlantiques ; membre du secrétariat national du Syndicat national des instituteurs.

Fils d’un cordonnier, René Labes, instituteur et secrétaire de mairie dans des communes rurales, et notamment à Serres-Castet, se maria en mars 1948 à Gere-Belesten (Pyrénées-Atlantiques) avec une institutrice. Le couple eut une fille.

Labes adhéra au SNI en octobre 1946 et devint rapidement le responsable du syndicat dans le canton. Membre du conseil syndical de la section départementale du SNI, délégué au congrès national du SNI, il intervint le 20 juillet 1957 sur la question pédagogique dans le débat sur les classes terminales. Il devint secrétaire de la section départementale du SNI en janvier 1961 et le demeura jusqu’en janvier 1967. Signataire de la motion d’orientation présentée par la majorité pour le congrès du SNI de Paris en 1961, dans la discussion du rapport moral, le 5 juillet 1961, il se réclamait de l’indépendance nationale et proposait une « franche reconnaissance des tendances ». Pour assurer une véritable vie démocratique dans le syndicat, il se montrait partisan de votes à bulletins secrets par la voie postale et non lors des assemblées générales qui n’étaient pas représentatives de l’ensemble des syndiqués et pouvaient être orientées. Il intervint à nouveau, le lendemain, dans la discussion de la question laïque. Il fallait opposer au « conformisme » et au « confort de la vérité révélée » « l’inconfort de l’inquiétude permanente, de la recherche continue de la vérité ». Lors de la réunion du conseil national à la veille du congrès du SNI de Toulouse, le 10 juillet 1962, il fut assesseur. Lors du congrès qui suivit, le 13 juillet, dans son intervention, il contesta l’attitude « démagogique » des minoritaires vis-à-vis des jeunes alors que l’union des générations permet le succès des revendications. Lors de la réunion du conseil national, le 5 juillet 1963, il préconisa l’organisation « d’une action généralisée à la base avec les associations constitutives du Comité départemental d’action laïque notamment les parents d’élèves et les amicales laïques ». Lors du congrès national, deux jours plus tard, il précisa sa conception de l’unité interne du syndicat, qui ne pourrait être le résultat d’une « absorption » mais reposerait « sur la clarté et la reconnaissance des tendances ». Candidat au bureau national du SNI sur la liste « Pour un syndicalisme indépendant, réaliste et constructif », il fut le premier battu, le 22 décembre 1963. Lors de la session générale et syndicale d’études à Paris (Mutualité), le 26 mars 1964, il présenta un rapport, publié dans L’École libératrice du 7 septembre 1964, sur les « nouvelles structures scolaires et leurs conséquences pour l‘École primaire. » Lors de la journée pédagogique du congrès du SNI, le 13 juillet 1965, il présenta un rapport sur la « gratuité effective de la scolarité au niveau de l’éducation pré-scolaire et de l’enseignement obligatoire ». Lors de la session générale et syndicale d’études sur le thème "L’école dans la société contemporaine", les 31 mars-2 avril 1966, il animait le troisième groupe sur "Problèmes sociaux posés par la fréquentation scolaire".

Labes entra au bureau national du SNI en janvier 1965, remplaçant Louis Rigaud* parti à la retraite, comme responsable du secteur « Action des jeunes » jusqu’en janvier 1969, puis au secrétariat permanent en janvier 1967. Il fut candidat suppléant le 6 avril 1965 à la commission administrative paritaire centrale. Il exerça la responsabilité de directeur de L’École libératrice de 1973 à 1976. De 1969 à 1980, il assura la responsabilité des questions extra-métropolitaines et internationales, et notamment des relations avec les syndicats d’Outre-mer. En 1973, élu au conseil d’administration de la Confédération mondiale des enseignants, il en demeura membre jusqu’en juillet 1978.

À partir de 1967, Labes était membre suppléant puis titulaire de la commission administrative nationale de la Fédération de l’Éducation nationale pour la tendance « autonome » puis « Unité, Indépendance, Démocratie ». À partir de 1975, toujours responsable du secteur extra-métropolitain dans le SNI, il joua un rôle important sur les questions relevant di cadre extra-métropolitain du secteur "coopération" de la FEN sous la responsabilité de Guy Le Néouannic*. Il agissait aussi au sein de la Confédération mondiale des organisations professionnelles d’enseignants.

Labes fut élu vice-président des Mutuelles assurances élèves en mars 1972 qu’il présida jusqu’en avril 1990. Il fut membre du conseil d’administration national de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale jusqu’en 1983.

En 1998, Labes témoignait sur son action en tant que responsable des questions d’Outre-mer dans le cadre du groupe de recherches sur l’histoire du syndicalisme enseignant organisé par le Centre fédéral Henri Aigueperse et le Centre de recherches d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme de l’Université Paris I. Ce témoignage fut publié dans les Cahiers du centre fédéral (n° 28).

Labes, divorcé, se remaria en mai 1977 à Paris (XVIIIe arr.).

Labes, qui habitait Saint-Pierre d’Irube (Pyrénées-Atlantiques), faisait partie du comité de parrainage de l’HIMASE depuis sa création.

SOURCES : Presse syndicale. – Renseignements fournis par l’intéressé. – Notes de Luc Bentz, d’André Lainé, de Guy Le Néouannic, de Charlotte Siney.

Jacques Girault

Labes René, Villa Cure d’Oya, chemin d’Ourouty, 64990 Saint Pierre d’Irube

Yvette Labes


Commentaires

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

23 janvier 2016 - Décès de Jean Têtard

Jean Têtard, ancien secrétaire général du Syndicat national de inspecteurs départementaux de (...)

20 juin 2012 - Revue Dissidences, numéro 10

Le revue Dissidences consacre un numéro à l’historien Pierre Broué, sous le titre : Pierre Broué, (...)

26 janvier 2012 - Décès de Robert Micheau (1931-2012)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Robert Micheau, le 22 janvier (...)

19 décembre 2011 - Décès de Michel Fanara

L’épouse de Michel FANARA , Anna, ancienne secrétaire du SNETAA a eu le douloureux devoir de faire (...)

1er juin 2011 - "Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique".

"Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique". (...)