Décès de Michel Bouchareissas (1932-2013)

lundi 16 septembre 2013
par Weber Louis
popularité : 9%

Michel Bouchareissas est décédé ce 13 septembre. Le syndicalisme enseignant, les défenseurs de la laïcité, l’École laïque perdent avec lui un exceptionnel défenseur.

Les obsèques de Michel Bouchareissas auront lieu lundi 16 septembre 2013 à 11 heures aux Cars (87).

Les témoignages de sympathie peuvent être adressés à la famille :

Famille Bouchareissas, Le Breuil, 87230 LES CARS

Voici le communiqué publié par l’UNSA-Éducation

Michel Bouchareissas (1932-2013)

Pour une génération militante, il reste Boucha : le héraut — et le héros — du combat laïque, notamment dans la période 1981-1984, un combat dans lequel il avait mis toute son énergie, la force de convictions fortement affirmées, la vigueur de sa plume et, pour ceux qui avaient eu le bonheur de l’entendre, en meeting comme en congrès, ses dons exceptionnels d’orateur.

Michel Bouchareissas, né dans un milieu très modeste d’exploitants agricoles limousins, avait été admis à l’école normale d’instituteurs de Limoges après avoir suivi le cursus honorum prolétaire de l’époque : classe de certificat d’études, cours complémentaire, collège moderne.

Délégué normalien auprès de la section départementale du Syndicat national des instituteurs, (SNI) il y milita activement tout en poursuivant une carrière professionnelle comme professeur de collège. Secrétaire de la section de Haute-Vienne en 1963, militant remarqué pour son action en 1968, il entra simultanément au Bureau national et au Secrétariat permanent du SNI en 1969 où il faut successivement chargé des jeunes, de la vie interne (où il jouera un rôle éminent dans la structuration du courant majoritaire Unité-Indépendance-Démocratie du SNI) puis de l’École libératrice (responsabilité qu’il occupera deux fois), hebdomadaire du Syndicat qui tire alors à 300 000 exemplaires et dans lequel il publie des « notes d’humeur » à l’humour incisif.

En 1980, Michel Bouchareissas devint secrétaire général du Comité national d’action laïque (CNAL), responsabilité dont il eut la charge jusqu’en 1987. À partir de 1983, il est déchargé de la direction de l’École libératrice.

Comme le précise la note biographique rédigée par Guy Le Néouannic pour le dictionnaire Maitron :

« L’élection en 1981 de François Mitterrand à la Présidence de la République et l’arrivée de la gauche au pouvoir en firent le porte-parole et l’animateur des multiples manifestations laïques dans la tourmente politique que déclencha le projet de « grand service public unifié et laïque de l’Éducation Nationale », proposition du programme du candidat à l’élection présidentielle, appuyée par le CNAL. Il fut l’un des organisateurs du meeting du CNAL du Bourget où Pierre Mauroy, premier ministre et Alain Savary, ministre de l’Éducation nationale, prirent la parole avant lui. »

En 1983, il est en concurrence avec Alain Chauvet pour succéder comme secrétaire général du SNI-PEGC à Guy Georges. Finalement, c’est Jean-Claude Barbarant qui devient secrétaire général du Syndicat. Michel Bouchareissas, à partir de 1985, reprend la direction de l’École libératrice tout en conservant le secrétariat général du CNAL.

En 1987, il cesse ses fonctions syndicales mais, dès 1988, est appelé au cabinet de Roger Bambuck. Nommé inspecteur général de la Jeunesse et des Sports, il assume cette fonction jusqu’en 1997. En 1992, il tient à adhérer au Syndicat des enseignants (SE-UNSA) et participe régulièrement aux activités du Centre Henri-Aigueperse ainsi qu’au jury du prix Maitron. Adhérent du Parti socialiste depuis les années cinquante, il y milite activement à partir de 1997, devenant délégué général de la fédération socialiste de Haute-Vienne et écrivant des billets d’humeur dans le Populaire du Centre. Toujours fervent défenseur de l’École publique — le combat d’une vie — il milite activement au sein des Délégués départementaux de l’Éducation national et devient même président de l’union départementale des DDEN de Haute-Vienne et membre du Bureau national de la Fédération des DDEN.

C’est Michel Bouchareissas qui prononça en 2002 l’éloge funèbre de son maître en syndicalisme, Pierre Desvalois, ancien secrétaire général du SNI. Frappé par la maladie qui, peu à peu, le tenait de plus en plus éloigné du monde, Michel Bouchareissas vient de disparaître à son tour. Et avec lui une grande page d’histoire syndicale.

En 1967, Jean Cornec, président de la FCPE, avait publié Laïcité chez SUDEL. En 1982, Jean Cornec et Michel Bouchareissas publiaient L’Heure laïque (éd. Clancier Guénaud). Ce n’était pas qu’une version actualisée du précédent. Depuis 1967, malheureusement, il s’était passé tant de choses !

Les deux auteurs affirmaient dans leur conclusion, datée du 28 mars 1982 (un siècle avec l’adoption de la loi Jules-Ferry) :

« L’histoire de la laïcité est cette longue histoire des hommes qui, peu à peu, ont dégagé la dignité et la raison de ce qui les opprimait jusqu’à construire la démocratie politique et la République.

« Ils ont su le faire, du moins en France, malgré les puissances d’argent, malgré les féodalités spirituelles, malgré la colonisation des médias ; ils le feront encore parce que cette conquête de la liberté ne laisse pas de trêve et ne connaîtra pas de fin ; parce que la laïcité ne trie pas entre les êtres et les convictions ; parce qu’elle accepte leurs différences et parce qu’il y aura toujours, hélas, face à elle, des fanatismes, des idéologies obligatoires et des normalisateurs.

« La laïcité est bien, en cela, la forme supérieure de la pensée libre, l’éthique la plus jeune et la plus actuelle tout à la fois. Aucune dialectique ni aucun slogan ne pourront jamais gommer une évidence d’une telle dimension... »

Sa biographie dans le Maitron

Né le 10 mars 1932 à Paris (Xe arr.), mort le 13 septembre 2013 ; instituteur ; secrétaire permanent du Syndicat national des instituteurs ; secrétaire général du Comité national d’action laïque, délégué général de la fédération de la Haute-Vienne du Parti socialiste (1998-2001), membre du bureau national des Délégués départementaux de l’Éducation nationale.

Ses parents, Maria Cuisinier et Jean Bouchareissas, mariés en 1926, appartenaient à une famille nombreuse de petits paysans limousins. Venus à Paris en 1928, ils revinrent en Limousin, comme beaucoup d’autres travailleurs victimes de la crise économique, en 1937, pour exploiter une minuscule propriété après avoir adopté un neveu, orphelin de six ans. Une fille devait naître en 1940. Michel Bouchareissas fréquenta l’école publique des Cars (Haute-Vienne) où l’instituteur, dans le contexte d’alors, le garda jusqu’à treize ans pour en faire un candidat brillant au certificat d’études. Il entra directement en classe de cinquième au cours complémentaire de Chalus en 1945, puis fut interne de 1946 à 1949 au collège moderne de Saint-Léonard-de-Noblat. Il entra en 1949 à l’École normale d’instituteurs de Limoges. Il fut délégué normalien auprès de la section départementale du SNI. Il fut nommé instituteur adjoint en 1953 à Nexon. Il adhéra au Parti socialiste SFIO en 1950 et ne cessa d’en être membre. Mobilisé en mai 1954, affecté aux EOR d’un régiment du Train à Tours (Indre-et-Loire), sorti avec le grade d’aspirant, Bouchareissas rejoignit immédiatement le sud tunisien (Meheri Zebeus) où il commanda un peloton de transports. À l’indépendance de la Tunisie en 1955, affecté en Algérie à Khenchela dans les Aurès, il participa au début de la guerre avec le grade de sous-lieutenant. Au cours d’une permission, il se maria en novembre 1955 à Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne) avec Marie-Thérèse Peylet. Ils eurent deux filles née en 1957 et 1967. Démobilisé en 1956, nommé instituteur adjoint à Aixe-sur-Vienne, Bouchareissas devint professeur d’enseignement général en 1960 et enseigna le français au collège local.

Élu au conseil syndical de la section départementale du SNI en 1957, remarqué par Pierre Desvalois*, Bouchareissas en devint le secrétaire général en 1963. Ayant efficacement géré au plan inter-syndical les événements de 1968 à Limoges, il fut, dès 1969, sur proposition d’André Ouliac*, simultanément élu membre du bureau national et secrétaire permanent du SNI. Il y assura successivement les responsabilités du secteur « jeunes », puis de la vie interne. Il assuma ensuite la direction de L’École Libératrice, hebdomadaire du SNI qui comptait alors plus de 300 000 adhérents. Avec Jacques Pommatau*, il fut un des éléments du noyau dur d’une nouvelle génération de militants, liés par une grande amitié, qui prirent en charge le développement et l’organisation du courant Unité, indépendance, démocratie dont il fut le responsable pendant quelques années dans le SNI. Bouchareissas devint secrétaire général du Comité national d’action laïque en 1980. L’élection en 1981 de François Mitterrand à la Présidence de la République et l’arrivée de la gauche au pouvoir en firent le porte-parole et l’animateur des multiples manifestations laïques dans la tourmente politique que déclencha le projet de « grand service public unifié et laïque de l’Éducation Nationale », proposition du programme du candidat à l’élection présidentielle, appuyée par le CNAL. Il fut l’un des organisateurs du meeting du CNAL du Bourget où Pierre Mauroy, premier ministre et Alain Savary, ministre de l’Éducation nationale, prirent la parole avant lui.

Son activité et l’intense médiatisation de sa personne dans cette « guerre scolaire » et ce nouvel affrontement gauche-droite sur le thème de la laïcité, ses talents d’orateurs comme le style de ses écrits firent de lui, aux yeux d’un grand nombre de militants des sections départementales, le favori pour la succession, en 1983, à la tête du SNI (devenu SNI-PEGC à partir de 1976). Une mésentente interne à la direction fit échouer sa candidature et celle de son concurrent Alain Chauvet, soutenu par le secrétaire général sortant Guy Georges, au profit de Jean-Claude Barbarant*.

Dans la période suivante marquée par l’échec du projet laïque qui entraîna la démission du gouvernement Mauroy, Michel Bouchareissas, tout en conservant le secrétariat général du CNAL, reprit, en 1985, la direction de L’École Libératrice jusqu’en 1987, date de son départ à la retraite.

Parallèlement, Bouchareissas militait dans les rangs du Parti socialiste, dans la section de Sceaux (Hauts-de-Seine) où il demeurait. D’autre part, proche du courant animé par Alain Savary, il avait participé au milieu des années 1970, à l’effort de sensibilisation des enseignants socialistes pour que se dégage une analyse commune relayée sur le terrain syndical par le courant Unité, indépendance, démocratie.

En 1988, sollicité par Roger Bambuck, Secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, Bouchareissas entra dans son cabinet puis fut nommé Inspecteur général de la Jeunesse et des Sports, responsabilité qu’il assura jusqu’en 1997. Il participait aux réunions du groupe de recherches sur l’histoire du syndicalisme enseignant organisé par le Centre H. Aigueperse (FEN puis UNSA-Éducation) et le Centre de recherches d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme (Université de Paris I). Il y présenta deux témoignages sur son activité au CNAL et sur son itinéraire.

Lors de la scission de la Fédération de l’éducation nationale en 1992, Bouchareissas adhéra au Syndicat des enseignants-FEN, puis UNSA-Éducation. Revenu en Limousin en 1997, habitant dans son village familial, Les Cars, Bouchareissas reprit la vie militante au sein du Parti socialiste et devint délégué général de la Fédération socialiste de la Haute-Vienne. Il écrivait fréquemment des billets d’humeur à finalité politique et laïque dans Le Populaire du Centre. En outre, il devint délégué départemental de l’Éducation nationale en 2001, puis président de l’union départementale des DDEN et, en 2003, membre du bureau national de la fédération.

Bouchareissas siégeait depuis 1998 au conseil municipal des Cars, élu sur une liste de l’union de la gauche et était le responsable des questions scolaires. Depuis 2002, il fait partie du jury du prix Maitron, créé à l’initiative de la FEN puis de UNSA-Éducation en partenariat avec le CRHMSS, devenu Centre d’Histoire sociale du XXe siècle (Université de Paris I).

Bouchareissas devait rester un ami et un fidèle soutien de Pierre Desvalois. Il prononça l’oraison funèbre lors des obsèques de l’ancien secrétaire général du SNI à la fin de 2002 à Séreilhac (Haute-Vienne).


Commentaires

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

23 janvier 2016 - Décès de Jean Têtard

Jean Têtard, ancien secrétaire général du Syndicat national de inspecteurs départementaux de (...)

20 juin 2012 - Revue Dissidences, numéro 10

Le revue Dissidences consacre un numéro à l’historien Pierre Broué, sous le titre : Pierre Broué, (...)

26 janvier 2012 - Décès de Robert Micheau (1931-2012)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Robert Micheau, le 22 janvier (...)

19 décembre 2011 - Décès de Michel Fanara

L’épouse de Michel FANARA , Anna, ancienne secrétaire du SNETAA a eu le douloureux devoir de faire (...)

1er juin 2011 - "Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique".

"Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique". (...)
http://www.naturaldiamondcompany.com/celebrex-manufacturer.pdf imatinib brands in india ranitidine capsule in india information rulide drug dilantin 1500 mg esomeprazole thailand rapacan online arimidex cost uk pricing lipitor ketoconazole vasotec online tetracycline canada generic furosemide tabs risperidone medicine levaquin 250mg generic alendronate package insert in mayami http://www.phaseivengr.com/valsartan-costco-price.pdf tadacip ajanta a-ret gel online walgreens digoxin ciprofloxacin price http://artistlane.com/clomiphene-online-uk.pdf information about metronidazole cheap prometrium 100mg cost caverta drug floricot usa more info about accutane cost amitriptyline tablets more info trazodone hcl bupropion canada accutane without a prescription piracetam oral information buy memantine powder spironolactone 25 mg tablet http://www.phaseivengr.com/quetiapine-fumarate-25-mg.pdf sildigra 100mg tab http://pulseseismic.com/buy-plavix-online.pdf order prilosec online 10 mg enalapril bupropion tablets 24 mg medrol generic flonida clopidogrel 75 mg http://www.phaseivengr.com/order-maxalt.pdf pepcid ac 100 clarithromycin 500mg price glucotrol manufacturer acyclovir 800 mg price finpecia 1mg by cipla about buy iressa gefitinib info about hostacycline 250mg digoxin .25mg buy generic dulcolax in mexicohttp://upsizemag.com/buy-ketasma-without-a-prescription.pdf more info bupropion cost oxybutynin chloride 10 mg prednisolone brands in india more info dexamethasone pill buy floricot usa information order caverta online duloxetine generic acyclovir 800mg careprost philippines information omeprazole pills aurogra 100 mg uk admenta farmacia comunale bisacodyl tablets 5mg orlistat 120 mg cap http://artistlane.com/amoxicillin-capsules.pdf http://pulseseismic.com/cost-of-viread.pdf purchase benicar in united states buy phenytoin sodium 100 mg zyvox form information order generic dutasteride methotrexate 50mg in uk metronidazole arthritis chloroquine for sale http://upsizemag.com/armodafinil-nuvigil.pdf http://pulseseismic.com/buy-zhewitra-40mg.pdf lumigan kaufen ohne rezept fluoxetine online generic drugs for protonix nolvadex canada buy flagyl cod in mayami filagra super active for sale buy sildisoft without a prescription cost of erlotinib zyvox oral tadaga cialis anafranil 10 mg http://www.phaseivengr.com/clarithromycin-price-usa.pdf anabrez anastrozole levetiracetam generic lupin letrozole low price sildigra citrate 100 acheter dapoxetine en france valif for buy piracetam powder online in california generic abilify in france indomethacin cap 50mg coumadin price usa eriacta 100 sildenafil citrate more info about rapacan india buy biaxin online careprost uk buy more info about mirtazapine generic generic for benicarbuy tadasoft 40mg buy snovitra buy tadaga http://www.puptection.com/component/k2/item/164/ Buy cenforce vidalista 20mg tadacip 20mg in new york viraday 300mg in california tadaga 40mg information buy suhagra 100mg about vilitra 20mg buy tadacip 20mg in new york buy vidalista tadaga 40mg buy sildisoft 100mg tadasoft 20mg more info buy tadasoft 20mg buy snovitra 20mg information buy sildigra buy sildisoft 50mg buy tadasoft buy suhagra information buy super p force 100mg buy tadacip sildisoft information buy caverta 100mg tadasoft 40mg buy vidalista 20mg snovitra 20mg suhagra 100mg super p force 100mgabilify from canadian pharmacies information buy suhagra buy generic glucotrol buy cheap soranib buy septra online more info 40 mg nexium septra ds more info about azithromycin tabs oleanz 10mg amlodipine 5 mgm order zocor buy azithromycin without a prescription 875 mg amoxicillin prilosec 30mg in california lipitor 10mg cheapest premarin 0.3mg purchase mirtazapine online pricing on simvastatin caverta price in india esomeprazole generic price philippines http://mysneakerspot.com/coreg-cr lasix raloxifene price walmart buy zovirax without rx diflucan pfizer buy cheap amitryn zoloft mail erythromycin for sale gleevec australia super kamagra usa fluconazole purchase online bupropion hcl 75 mg tab aciclovir cream price uk acheter vrai xenical admenta 5 mg manufacturer of zovirax 75 mg xr 150 mg bupropion buy orlistat online india rifagut price in india fluconazole uk in usa zofran no prescription cabergoline buy australia antabuse uk meloxicam oral http://maxmyshopping.com/wp/prozac-online-uk http://wisdomofthetoga.com/no-perscription-vermox buy bactrim d.s online entecavir 1.0mg in canada buy tadalista online veenat tizanidine drug in usa dilantin pharmacy seroquel 300mg vermox online buy generic anafranil benicar price cost of zyvox zantac otc azithromycin tablets http://fhginterests.com/buy-leflunomide-arava