Assemblée générale du 5 février 2014

mardi 18 mars 2014
popularité : 2%

Compte rendu de l’assemblée générale de l’HIMASE réunie le 5 février 2014 à la Bourse du Travail

Excusés : Louis Astre, Jean Battut, André Dellinger, Loïc Lebars, Guy Le Néouannic.

Rapport d’activité présenté par le secrétaire général

Notre précédente assemblée générale s’était tenue le 31 janvier à l’UNSA Éducation. Nous avions entendu auparavant une intervention d’Antoine Savoye, professeur des Universités, directeur du CIRCEFT (centre interdisciplinaire de Recherche "Culture, Éducation, Formation, Travail") sur l’éducation nouvelle.

Le bureau s’est réuni trois fois cette année.

Le bureau nouvellement élu s’est réuni à l’issue de l’assemblée générale. Il a décidé de reconduire ses membres dans les fonctions précédemment exercées. Je les rappelle : Président, Jacques Girault, vice présidents, Claude Pennetier, Jean-Luc Villeneuve, secrétaire général, Guy Putfin, trésorier, Louis Weber. L’information est assurée pour le site Internet par Louis Weber, et pour le Bulletin Himase infos par Guy Putfin. Le bureau s’est ensuite réuni le 28 mai 2013 à l’IRHSES.

L’Himase a reçu de l’INSEE un numéro SIREN 791 273 824 et un numéro SIRET 791 273 824 00015. Déclaration D75217805618. Les demandes de subvention qui avaient été faites auprès du ministère de l’Éducation nationale et du ministère de la Recherche ont reçu des réponses négatives (on peut les lire sur le site de l’Himase).

L’établissement de listes de militants a été arrêté depuis l’abandon du CD ROM et l’ouverture de Maitron en ligne (MEL) où la recherche sur la rubrique “enseignants” est possible. L’accès à Maitron en ligne est lié à la souscription au volume du Maitron. Cependant, Claude Pennetier va étudier la possibilité de répondre favorablement à des adhérents de l’Himase qui souhaiteraient obtenir un accès au site Maitron en Ligne. En ce qui concerne les étudiants, il faut les inciter à passer par leur université.

Un questionnaire guide pour la rédaction des notices biographiques de militants pour la période commençant après 1968 a été mis au point. En effet, nombre de militants syndicalistes et associatifs de l’éducation qui ont quitté leurs responsabilités depuis déjà des années et qui sont partis à la retraite, ont exercé leurs premières responsabilités après 1968. Peu à peu, pour certains, les liens s’estompent avec leurs organisations, et les militants actuels de nos organisations ne les connaissent pas forcément. Il serait dommage, alors qu’il en est encore temps, de ne pas les contacter pour préparer leurs biographies, et ainsi alimenter, au delà des limites chronologiques du dictionnaire en cours de rédaction, une base de données biographiques des militants syndicalistes et associatifs de l’éducation plus largement ouverte sur la période suivante. Le questionnaire a été envoyé en annexe du Bulletin Himase infos. Il peut être utilisé individuellement ou par les centres de recherches. Les informations recueillies ou les biographies rédigées seront regroupées auprès de Jean-Luc Villeneuve. Nous pourrons en publier des listes au fur et à mesure.

Le bureau s’est réuni le 14 novembre 2013 au CHS (centre d’histoire sociale du XX° siècle), qui est notre siège social.

Cette réunion a été en partie consacrée à la préparation de l’assemblée générale et du colloque sur le syndicalisme enseignant européen, organisé sous la responsabilité de Louis Weber et Jean-Luc Villeneuve.

Concernant le thème des enseignants et la guerre de 1914, nous avons retenu le principe d’un colloque lors de l’assemblée générale de 2014 (fin 2014 ou début 2015) avec trois interventions d’environ une heure et demie chacune, de Gérard Montant, de Loïc Le Bars, et de Jacques Girault. De plus, nous envisageons de réaliser une brochure (ou un ibook) à partir des travaux de Loïc Le Bars sur les fonds d’archives de Bouet, Dommanget, Monatte.

À la suite de la participation à la journée de la Ligue de l’Enseignement sur les militants, nous avons décidé que l’Himase s’associera à un groupe ou à une structure qui serait mise en place par la Ligue de l’enseignement sur ses militants.

L’information auprès des adhérents et des membres du comité de parrainage a été faite par la réalisation et l’envoi de deux numéros d’Himase infos : le n° 13 en juin 2013, et le n° 14 en janvier 214. On y trouve notamment les comptes-rendus de l’assemblée générale et des réunions du bureau.

Le site de l’Himase (http://www.himase.fr/) a été régulièrement tenu à jour. Il a informé des publications de nos adhérents ou membres du comité de parrainage. Ainsi du « Staline. 1878-1953. Mensonges et mirages » de Jean-Jacques Marie ; des deux livres de Jean Battut, « Changer l’école pour changer la vie », et « Quand le syndicalisme rencontre la politique » ; « Du changement dans l’école, les réformes de l’école de 1936 à nos jours », d’Antoine Prost ; du livre de Laurent Frajerman, « Les frères ennemis. La fédération de l’Éducation nationale et son courant Unité et action, sous la Quatrième République », livre issu de sa thèse. On trouve aussi sur le site des interventions concernant les archives de la préfecture de Police.

Et nous signalons la disparition de nos camarades qui ont été syndicalistes enseignants, avec le plus souvent un renvoi à leur biographie quand elle est déjà écrite dans le Maitron. Cette année, nous avons à déplorer plusieurs décès de membres de notre comité de parrainage : Gérard D’Hersignerie le 17 février, responsable du courant « École émancipée », Michel Bouchareissas le 13 septembre, ancien secrétaire général du CNAL. Mais aussi de René Ancel le 13 décembre (ancien responsable du SNPDES), de Marcel Dubois le 25 juin (ancien secrétaire départemental d’Alger), de Pierre Mauroy le 7 juin (ancien secrétaire général du SNETAA), de Jean-Marie Brunel le 12 avril (du S3 de Paris du SNES), de Jean Gaydier le 9 avril (secrétaire académique du SNES de Reims, et secrétaire départemental de la FEN de la Marne) et de Théo Siegler (secrétaire du SNI du Bas Rhin et membre du bureau national du SNI), décédé le 26 mars, dont la biographie mise à jour se trouve sur le site Maitron en ligne.

Concernant les statuts et le règlement intérieur dont il avait été question lors de la dernière assemblée générale (à propos des réunions du bureau : fréquence et quorum), après discussion le bureau a décidé de ne rien modifier. Le nombre moins important de membres du bureau permet de respecter plus facilement le quorum, et nous avons respecté la fréquence des trois réunions par an.

L’Himase (Claude Pennetier, Alain Dalançon, Guy Putfin) a participé à la journée d’étude organisé par la Ligue de l’enseignement autour des biographies et portraits de militants le 9 octobre.

Plusieurs membres du bureau de l’Himase sont également membres du bureau des Amis du Maitron et ont participé à ces réunions.

Plusieurs membres du bureau et de l’association ont également participé à la journée Maitron du 4 décembre. Claude Pennetier y a présenté le tome 9 du Maitron (lettres Mem - Pen). Á la fin de cette journée, le prix Jean Maitron 2013 a été attribué à Adeline Blaszkiewicz-Maison pour son mémoire de Master consacré à Albert Thomas. A noter que c’est ce même travail qui a reçu quelque temps après le prix de la Fondation Jean Jaurès.

Discussion

Des compléments sont apportés au rapport d’activité. Louis Weber rappelle que l’annonce du décès de Gérard Alaphilippe, survenu le 10 septembre 2009, a été mise sur le site en mars 2013, parce que c’est seulement à cette époque que nous avons appris son décès. Sa biographie pour le Maitron avait été rédigée par Jacques Girault. Jean Jacques Marie informe l’assemblée que son dernier livre, publié en novembre chez Tallandier a pour titre « Beria. Le bourreau politique de Staline ». Guy Putfin précise que le Bulletin Himase infos doit être tiré sur papier et envoyé par la poste pour une dizaine de membres du comité de parrainage qui n’ont pas d’adresse Internet. C’est, au coup par coup, un des centres de recherche qui doit s’en charger.

Le rapport d’activité est adopté à l’unanimité.

Rapport financier présenté par le trésorier

L’exercice 2012-2013 a été marqué par un excédent de 87,78 € de notre compte courant. On peut l’expliquer par la récupération de cotisations versées avec retard l’an dernier. Globalement, la situation financière reste donc saine. Ce qui permet à l’association de garder une petite marge de manœuvre financière, et ceci même en l’absence de subventions.

Toute notre communication est à peu près gratuite, nos bulletins étant réalisés bénévolement et leur diffusion étant exclusivement électronique (à part pour ceux de nos membres qui n’ont pas d’adresse Internet, les frais d’envoi ayant été pris en charge jusqu’ici par des associations membres de l’Himase). Seul le site nous coûte une contribution annuelle, au demeurant modique (71,62 euros).

Les dépenses se sont résumées aux frais postaux liés au Maitron (correspondances de Jacques Girault) et à la redevance pour le site Internet.

Le rapport financier est adopté à l’unanimité moins une abstention. Le quitus est donné au trésorier à l’unanimité.

Le projet de budget proposé pour l’année 2014 est adopté à l’unanimité.

Questions diverses

Louis Weber pense que l’Himase devrait avoir plus de relations avec ses « maisons mères », c’est-à-dire avec nos centres de recherche, en particulier pour la diffusion du questionnaire biographique. Ce travail de mémoire doit refléter la richesse de la composition de l’Himase.

Claude Pennetier signale le travail éditorial de l’entreprise Maitron. Le dictionnaire des anarchistes sortira le 1° mai 2014. La publication du dictionnaire des gaziers et électriciens est accompagnée d’un important travail d’archives orales sous forme de films.

Une discussion s’engage sur le petit nombre de femmes présentes à l’Himase. Michel Gevrey, Louis Weber, Guy Putfin, Odile Nave, Gérard Montant et Alain Dalançon interviennent dans la discussion. Plusieurs femmes sont au comité de parrainage de l’Himase. Mais le petit nombre de femmes est aussi le reflet de leur nombre dans les instances dirigeantes de nos organisations à l’époque. Par ailleurs, on trouve parfois dans les biographies un peu anciennes la présence de femmes sous la mention de « femme de... ». Il y a un travail à entreprendre pour donner leur place aux biographies de militantes. Si dans les publications syndicales, le prénom ne figure pas, en général, lorsqu’il s’agit d’une femme, le nom est précédé de Madame ou Mademoiselle.

L’assemblée générale, après une courte pause qui permet d’accueillir les intervenants et des participants, laisse la place au colloque « Le syndicalisme européen de l’enseignement : d’une structure spécifique (le CSEE) à l’intégration dans l’internationale de l’Éducation (IE). »

Le secrétaire général

Guy Putfin


Documents joints

PDF - 110.7 ko
PDF - 110.7 ko

Commentaires