Décès de Guy GEORGES

lundi 5 février 2018
par Luc Bentz
popularité : 100%

Guy GEORGES, ancien secrétaire général du SNI-PEGC (FEN) de 1976 à 1983, ancien président de Solidarité laïque (1984-1999) et du CCOMCEN (1984-1993) est décédé dans sa quatre-vingt-dixième année, le 3 février 2018 à son domicile, à Maisons-Alfort.

Guy Georges en 2010Normalien de Haute-Marne dans la première promotion des EN rétablies à la Libération, Guy Georges fut successivement instituteur puis professeur de cours complémentaire. Repéré par James Marangé, Guy Georges (né le 22 octobre 1928), avait été successivement secrétaire départemental de la FEN (1959), puis du SNI (1964) où il succéda à Edmond Mouillet. Élu au Bureau national du SNI en 1969, il entre au Secrétariat permanent en 1970. Il prit, après Jeanne Lordon, la responsabilité au secteur pédagogique.

C’est dans cette fonction qu’il joue un rôle majeur dans l’élaboration du projet d’École fondamentale que va porter le SNI. En 1976, il succède à André Ouliac comme secrétaire général du Syndicat et siège également au Bureau fédéral de la FEN. Après mai 1981, il assure l’intérim d’André Henry, devenu ministre du Temps libre, jusqu’à l’élection de Jacques Pommatau comme secrétaire général de la FEN.

La succession de Guy Georges est marquée par des conflits au sein des élus UID du Bureau national partagés entre la candidature d’Alain Chauvet, proposée par Guy Georges, et celle de Michel Boucharaissas, protée par d’autres militants. C’est dans ce contexte, en septembre 1983, que Jean-Claude Barbarant est finalement élu secrétaire général du SNI-PEGC.

Guy Georges continue à militer dans un cadre associatif. Il prend en 1984 la présidence de Solidarité laïque, qu’il assume jusqu’en 1999, mais aussi celle du CCOMCEN (où il succède à James Marangé) qu’il exerce jusqu’en 1993.

En 1992, sans complaisance vis-à-vis de minoritaires de la FEN, il désapprouve la scission. Il a assisté par la suite à différents congrès du SE-UNSA, suivant avec intérêt la réflexion sur le socle commun qui correspondait à ses orientations fondamentales.

Guy Georges a également été membre du collège de la CNIL (1984-1989, 1992-19994). De 1988 à 1994, il a été conseiller d’État en service extraordinaire.

Guy Georges a publié, généralement seul et parfois en collaboration, une série d’ouvrages consacrés à son parcours, à l’École ou à la laïcité (notamment, chez SUDEL en 2009, La Bataille de la laïcité (1944-2004). De la République « une et indivisible » au communautarisme.

Dans le cadre de mon mandat au SNI-PEGC, Guy Georges avait présidé le Comité syndical européen de l’éducation. Il avait apporté son témoignage lors du colloque organisé par l’Himase sur le syndicalisme européen en février 2014.


Commentaires

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

23 janvier 2016 - Décès de Jean Têtard

Jean Têtard, ancien secrétaire général du Syndicat national de inspecteurs départementaux de (...)

20 juin 2012 - Revue Dissidences, numéro 10

Le revue Dissidences consacre un numéro à l’historien Pierre Broué, sous le titre : Pierre Broué, (...)

26 janvier 2012 - Décès de Robert Micheau (1931-2012)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Robert Micheau, le 22 janvier (...)

19 décembre 2011 - Décès de Michel Fanara

L’épouse de Michel FANARA , Anna, ancienne secrétaire du SNETAA a eu le douloureux devoir de faire (...)

1er juin 2011 - "Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique".

"Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique". (...)