Louis ASTRE (1924-2020), un figure du syndicalisme disparaît

vendredi 6 novembre 2020
par Dalancon
popularité : 100%

Nous avons appris il y a quelques jours, avec une grande tristesse, la disparition, le 27 octobre dernier à son domicile à Paris, de Louis Astre. Il avait 96 ans. JPEG - 199.3 ko Ce militant fut une figure du syndicalisme enseignant, de la Libération jusqu’au début du XXIe siècle.

Jacques Girault lui a consacré une notice détaillée dans le dictionnaire Maitron, retraçant tous les épisodes de sa longue carrière militante, syndicale, politique et associative.

https://maitron.fr/spip.php?article10321

Il lui revenait, en tant que président-fondateur de l’HIMASE de lui rendre hommage au nom de notre association :

En tant que fondateur, puis ancien président de l’HIMASE, je tiens à évoquer certains aspects caractérisant Louis Astre qui vient de disparaître. Entré à l’ENSET en octobre 1961, j’ai eu la chance de le rencontrer à plusieurs reprises en tant que représentant de la section du SNET à la sous-commission des ENS créée dans la FEN où les jeunes « unitaires » étaient majoritaires. Ancien responsable des Jeunes de la FEN, il suivait attentivement les élèves-professeurs, ayant réponse à toutes les critiques, particulièrement sur la lutte pour la paix en Algérie. Les années passèrent. J’écoutais de plus en plus ses analyses pour mieux assurer les miennes. Il m’encouragea dans ma volonté de comprendre le monde enseignant comme initiateur de réformisme, de corporatisme et d’engagements unitaires. Mais, il me rappelait souvent qu’il ne fallait pas tomber dans ce qui menaçait nos collègues : s’éloigner du mouvement ouvrier car le syndicalisme enseignant était partie intégrante des aspirations des travailleurs.

Le mouvement ouvrier, selon lui, pouvait retrouver son unité. Aussi dans son militantisme syndical et politique, rechercha-t-il la convergence en condamnant la rupture. D’où l’aide et le soutien qu’il apporta aux nombreuses tentatives pour unifier les familles de pensées écartelées.

Enfin Louis Astre voulait aider la recherche d’origine universitaire ou syndicale sur son milieu de vie et de militantisme. Il joua un rôle décisif dans la FEN en présidant le Centre fédéral (futur centre Aigueperse) dès sa création ou, après la scission syndicale en appuyant le projet d’associer tous les syndicats, qu’ils soient de l’UNSA, ou de la FSU, à la construction du corpus enseignant du Maitron. Un tel soutien contribua à la réussite de l’entreprise.

Louis Astre ne cessa de soutenir que la recherche universitaire et le militantisme syndical ou politique ne devaient pas s’interpénétrer mais s’appuyer dans le respect d’une stricte indépendance réciproque. L’HIMASE lui doit sa réussite ainsi qu’aux divers militants ou universitaires qui ont accepté une telle démarche.

Jacques Girault

Pour la commémoration du cinquantenaire de la naissance du nouveau SNES, A. Dalançon l’avait interviewé en 2016. La vidéo qui suit, filmée par Sébastien Mousset, fut projetée au congrès du SNES de Grenoble en 2016. Louis Astre raconte lui-même une partie de son parcours syndical, de la Libération à la naissance du SNES provenant de la fusion entre les anciens SNET et SNET syndicats de la FEN.

https://www.youtube.com/watch?v=aiX...


Commentaires

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

23 janvier 2016 - Décès de Jean Têtard

Jean Têtard, ancien secrétaire général du Syndicat national de inspecteurs départementaux de (...)

20 juin 2012 - Revue Dissidences, numéro 10

Le revue Dissidences consacre un numéro à l’historien Pierre Broué, sous le titre : Pierre Broué, (...)

26 janvier 2012 - Décès de Robert Micheau (1931-2012)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Robert Micheau, le 22 janvier (...)

19 décembre 2011 - Décès de Michel Fanara

L’épouse de Michel FANARA , Anna, ancienne secrétaire du SNETAA a eu le douloureux devoir de faire (...)

1er juin 2011 - "Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique".

"Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique". (...)