Didier BIGORGNE (1947-2021)

samedi 27 février 2021
par Dalancon
popularité : 1%

L’historien Didier Bigorgne est décédé dans une clinique de Reims, jeudi 25 février 2021. Il allait sur ses 74 ans. Auteur d’une thèse intitulée Les allemanistes (1882-1905). Itinéraires, place et rôle dans le mouvement socialiste français (2001), il fut pendant plus de trois décennies le correspondant du Maitron dans les Ardennes. Il signa plus de 800 notices fortement documentées dans le Maitron papier et en ligne.

Il continuait à collaborer notamment aux notices du corpus enseignants dans le cadre de l’HIMASE pour la période dite 6 et nous avait fourni dernièrement plusieurs bios de militants de son département, les Ardennes

JPEG - 54.5 ko Natif de Monthermé dans les Ardennes, Didier Bigorgne ne quitta pas cette région. Fils d’ouvriers d’usines, il devint instituteur dans ce département et commença des études universitaires d’histoire. Licencié, il enseigna en collège.

Membre du Parti communiste français, adjoint au maire de Nouzonville, dirigeant local, ami de René Visse, député des Ardennes, auquel il consacra un ouvrage, il s’éloigna d’une organisation qui ne correspondait plus à son désir de luttes.

L’ancienne enseignante et résistante dans les Ardennes, Rolande Trempé, le marqua énormément comme en témoigne son ouvrage sur Jaurès dans les Ardennes. Il se lança dans des travaux de recherches historiques locales dans leurs rapports avec les phénomènes nationaux. Très actif dans la Société d’histoire des Ardennes et la revue Terres ardennaises, il écrivit plusieurs ouvrages d’histoire sociale et politique sur ces militants qu’il connaissait si bien (la CGT, les combattants de la paix mais aussi la colonie libertaire d’Aiglemont).

Sa collaboration au Maitron, toujours précise, érudite était exemplaire car elle cernait les militants locaux dans leurs milieux de vie et d’action. Cet approfondissement d’un militantisme départemental n’empêchait pas un élargissement politique (en témoigne son approche du député de droite Jacques Sourdille) et national.

Sa thèse sous la direction de Jacques Girault soutenue à l’Université de Paris 13 en 2001 sur le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire, examinait une des familles socialistes de la fin du XIXe siècle mêlant fédéralisme, aspiration autonome, valeurs ouvrières, fortes aspirations libertaires.

Il avait participé à l’installation de l’exposition nationale "Visages du mouvement ouvrier" à Charleville, complétée par sa publication Visages du mouvement ouvrier ardennais (1994) comme au lancement du Dictionnaire des fusillés aux Archives départementales des Ardennes. Chercheur on ne peut plus amical, et même fraternel, sa coopération avec l’équipe du Maitron était exemplaire. Il nous manquera, il nous manque déjà.

Jusqu’aux derniers mois, il avait travaillé avec l’équipe du Maitron et avec celle de l’HIMASE (enseignants).

Il était père d’une fille et d’un garçon.

Jacques Girault, Claude Pennetier

vor le texte complet avec sa bibliographie sur le site du Maitron

https://maitron.fr/spip.php?article...


Commentaires

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

23 janvier 2016 - Décès de Jean Têtard

Jean Têtard, ancien secrétaire général du Syndicat national de inspecteurs départementaux de (...)

20 juin 2012 - Revue Dissidences, numéro 10

Le revue Dissidences consacre un numéro à l’historien Pierre Broué, sous le titre : Pierre Broué, (...)

26 janvier 2012 - Décès de Robert Micheau (1931-2012)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Robert Micheau, le 22 janvier (...)

19 décembre 2011 - Décès de Michel Fanara

L’épouse de Michel FANARA , Anna, ancienne secrétaire du SNETAA a eu le douloureux devoir de faire (...)

1er juin 2011 - "Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique".

"Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique". (...)